Prochains évènements

Vendredi 16 décembre
   Réunion
Vendredi 20 janvier 2017
   Réunion
Vendredi 10 février 2017
   Réunion
Vendredi 17 mars 2017
   Réunion
Voir la liste complète



Compte-rendu d’octobre 2016
Photos: Nicolas, CR: Clément


  • La magie, quand elle est bien pratiquée, provoque une émotion. Cette émotion est le but que recherche un véritable artiste magicien. C’est l’âme de la magie. L’émotion, à raison d’un sentiment, peut s’inscrire profondément dans l’esprit des non-mages. Une trace à partir de laquelle chacun peut se recréer un souvenir, comblant les vides et les incohérences pour créer, par lui-même, sa propre magie. Le souvenir est donc la finalité ultime de la pratique de la magie. Plus un acte magique est travaillé, faisant appel à l’inconscient du spectateur, plus celui-ci peut s’ancrer dans son esprit. La qualité de l’ancrage est donc déterminante de la puissance du souvenir.

  • Entre autre, n’est-ce pas de la magie que de voir apparaître les traces d’un souvenir d’octobre à la veille du rendez-vous de décembre ? Pan !

    -Rappelons-nous, la soirée a commencée par l’accueil des coupables de la baisse de l’âge moyen de l’amicale. En effet Yassine, Vivian et Romain commencent par un enchaînement issu de l’enseignement de Jean-Louis en le présentant nu sur une photographie. Une image que je ne peux oublier, les affres de l’ancrage magique. Ça a aussi ses mauvais côtés. Une routine de trois cordes faites à trois magiciens. Une bonne idée, avec son lot d’humour et de magie. Le jeu a été bien pensé, la tenue en scène de qualité. Une bonne adaptation personnelle d’une routine classique, un bon moment et une révélation : Romain possède la plus petite, corde.

    -Jean-Louis utilise Nicolas pour faire choisir une carte par un membre du public. Comme Jean-Louis n’est pas, plutôt ventripotent, il n’arrive pas à la retrouver de tête. Il essai donc de se rattraper en faisant venir Anthony pour un acte de pièce. Il en choisi deux qu’il enferme dans ses deux poings, en passant un briquet rien ne se passe. Décidément, Jean-Louis, il ne se passe pas grand-chose. Cependant, il se rattrape bien vite en brulant un bout de papier flash entre les deux pièces. L’un se transperce par le feu pour faire apparaitre… la carte choisie au début. Jean-Louis nous a bien eu. Bravo !

    -Emmanuel enchaîne par une excellente routine de Pipo Vanueva composée d’un gobelet unique et de nombreuses balles apparaissant et disparaissant sans arrêt. Les effets sont progressifs et efficaces. Même si les techniques sont difficiles, Manu gère bien son propos et la construction du tour. C’est le genre de routine facilement transportable avec un petit gobelet, même si le nombre de balles est un peu chiant à trimbaler. Sans compter les charges finales. Une histoire reste à trouver pour renforcer l’impact, même si l’évolution des effets est déjà satisfaisante.

    -Edwin sort ses cartes pour en faire choisir une au spectateur. Après cela, le spectateur arrête le magicien pendant que celui-ci fait défiler les cartes et retombe sur son choix. Si l’effet est fort en lui-même, la complexité du montage affaibli un peu l’ensemble. Une discussion s’ouvre donc sur les manières de limiter les manipulations pour parvenir au même effet. Une bonne base à approfondir !

    -Jean-Luc prend le lead en présentant une nouvelle fois sa version du fil hindou. Il utilise un récipient, des ciseaux et une bouteille d’eau. Un fil est découpé peu à peu avec humour. Tout ces fils forment un tout qui est jeté manu-militari dans la bouteille. Le fil devient magiquement rouge et surtout, il est reconstitué. Un principe très bon qui peut ouvrir à beaucoup d’autres choses. Du bon boulot, et une belle évolution depuis le mois de septembre.

    -Ludovic présente une de ses trouvailles qu’il présentera, a présenté, du coup je ne sais pas, à Nancy. Un billet de 10€ devient très nettement un billet de 20€. Un effet classique avec une méthode simplissime et un nouveau moyen de se charger rapidement, en s’adaptant à toutes les situations.

    -Thomas, revenant d’outre-tombe, présente sa fameuse routine de doigt. Une carte est perdue plusieurs fois dans le jeu et son doigt la retrouve avec une facilité déconcertante. C’est toujours marrant et efficace. Le « gimmick » est faisable instantanément et discret. Le plus : Thomas, par son expérience, connait et explique bien les principes et les subtilités de sa routine.

    -Ludovic a clôturé cette soirée avec sa routine de pièce bien couillue où Jean-Louis a subi un déflorage en règle. Et il a aimé ça. Ludovic maîtrise parfaitement les techniques et subtilités des routines qu’il présente. Les pièces voyageuses sont un classique, la version de Ludovic à la particularité d’être une ode à l’autoérotisme en utilisant des techniques où le spectateur, ici Jean-Louis, passe pour un con. Mais au moins il n’y a que le magicien qui est au courant. Et ça, c’est bon.

    A mon bon souvenir.





    Commentaires

    Seuls les membres enregistrés peuvent lire
    et laisser des commentaires.

    S'IDENTIFIER...