Prochains évènements

Vendredi 15 Décembre
   Réunion Décembre
Vendredi 19 Janvier
   Réunion Janvier
10 et 11 février 2018
   Stage avec Daniel Rhod
Vendredi 16 Février
   Réunion Février
Voir la liste complète



Compte-rendu de Décembre 2016
Photos par Stéphane et Patrick


  • Compte-rendu du 16 décembre 2016,
  • Déposé le 17 janvier 2017.
    Parce que je suis pour la cohérence.

    Une soirée qui annonçait de belles fêtes de fin d’année. Une divination ? Sans doute, parce que ce fut le cas pour la plupart d’entre-nous. Pour les autres, vous représentez la minorité négligeable. Si un mot devait ressortir de ce rendez-vous, c’est la « convivialité ». Un moment vraiment sympa, du début à la fin. D’autant plus que Jean-Louis nous a proposé un atelier sur les « Epingles de Bloom », que tout le monde a suivi. Et on a bien rigolé. Plutôt que chacun fasse ses passes dans son coin sous l’œil vitreux du patron, tout le monde aidait son voisin, se marrait, et sans oublier de rester sérieux pendant les explications les plus précises. Bref une ambiance de travail bonne enfant (que j’aime) (l’ambiance, pas les enfants) (enfin si.) pendant toute la soirée. Et ça, c’est vraiment cool.

    -Si Jean-Louis a clôturé la soirée, il l’a aussi lancé avec la présentation d’une boite bizarre qu’il a ramenée de son voyage en Inde en compagnie de Frédéric Mitterrand. Une boite qui comprend un mode d’emploi plus ou moins précis qui prévoit ses défaillances, ça c’est fort ! Yassine (qui avait signé la pièce mise dans la boite) prend lieu et place de l’endroit où le spectateur se met. Et pour cause, puisqu’il est le spectateur. Heureusement que Yassine est un bavard invétéré parce que le tour du magicien, il foire. De la poudre magique et la pièce ne disparait pas. Voilà, voilà.
    Il s’accroche pourtant en présentant autre chose, des boites en plastoc (sans doute un souvenir de son voyage en Chine) qui ont la capacité gigogne. Soit un gigot qui fait « gneu ». Yassine défait et remonte les boites dans l’ordre. L’histoire revient sur le premier tour raté : la pièce à (enfin) disparue ! Yassine ouvre les boites qu’il vient de fermer et… la pièce est là. Très sympa, marrant et l’effet, bien que classique, est très impactant.
    L’intérêt, ou plutôt l’un des intérêts de cette magie « de vieux », c’est de réutiliser des objets accumulé d’un côté et de l’autre. Des associations parfois surprenantes qui amènent souvent à des résultats surprenants, une qualité en magie. C’est une force de Jean-Louis avec sa capacité à utiliser des mouvements simples, logiques et fluides. Petit passage technique par le mouvement croisé qui permet de cacher des trucs (ouais des trucs), et surtout de prendre un temps d’avance sur le spectateur. Entre la théorie des zones de Mr Merlin et les parenthèses d’oubli développées par Mr Tamariz, la discussion est stimulante. La soirée s’annonce bien.

    -Stéphane enchaîne sur une demande en mariage où Louis-Gilles doit faire passer des pièces à travers une plaque en métal à travers un tuyau. Impossible. Pourtant le magicien y arrive dans soucis, même dans les mains de Gilles. Carrément, les pièces se changent finalement en pièce géante ! Une routine très propre malgré quelques points techniques précis. Franchement un bon moment, Stéphane est vraiment marrant dans son propre rôle. Fin’ tout les jours je ne dis pas, faut demander à sa femme, Louis-Gilles.

    -Stéphane, l’autre, le Suisse, prend la suite avec une magnifique et fourbe routine de rubik’s cubes. Des effets où les cubes se mélanges de la même manière et se résolvent à la vitesse de l’éclair. Le climax étant dans le cube du magicien qui devient le même que celui du spectateur grâce à un super temps d’avance (qui a bluffé beaucoup de monde). Je ne suis pas particulièrement friand des routines de rubik’s cubes mais ce climax était extrêmement fort, ça donne envie de s’y mettre !

    -Jean-Claude : trois pièces passent de la main droite au verre magiquement une par une. Très classique mais une exécution parfaite du Han Ping Chien.

    -Louis-Gilles-celui-qui-se-prend-toujours-pour-un-débutant-alors-qu’il-en-a-sous-le-capot se mets sous les lumières accompagné des quatre tasses de thé et un bouddha. Pourquoi ? Je ne sais pas c’est comme ça. Le spectateur cache le pti gros sous une tasse et le magicien la retrouve grâce au fluide magnétique du bouddha et à l’aide de l’indispensable sel boite à « meuh ». Si la système est sensible et demande de la précision, la prestation est très bonne et aussi dynamique que peut l’être un homme d’un telle expérience (je suis poli.).

    -Yassine fait ensuite signé une pièce rouge qui est mise dans la main de Romain. Celui-ci ressent de la chaleur (texte bien construit) venant de la pièce, en ouvrant la main, elle est pliée. Un effet bluffant, avec un impact géant sur le public, même si cela ne peut être réalisé qu’avec une ou deux personnes. En plus, les spectateurs peuvent partir avec leur pièce signée et tordue. Que du bon.

    -Vivian appelle Stéphane à couper un jeu de carte en deux, comme Stéphane n’avait pas de ciseaux sur lui, il a divisé le paquet en deux parties égales. Les cartes sont mélangées de nombreuses fois tant dans la moitié que possède le magicien que dans celui du spectateur. A la fin, quand il n’y a pas de léger cafouillage, le magicien obtient les quatre Rois au dessus et le spectateur les quatre As. Un effet long à mettre en place mais qui a du potentiel avec un texte adapté.

    -Jean-Claude présente un effet de Tabary avec des pièces. Je n’ai pas noté grand-chose, c’est que ça devait être soit tellement fort de la mort qui tue que j’étais concentré à donf, soit trop court. Ah si j’ai noté : un effet extrêmement bluffant, ça devait être la première possibilité alors.

    -Thomas reprend Alain Choquette avec quatre cartes par spectateur, on avait vu le professionnel le faire début décembre, le magicien le reprend très proprement ici malgré le stress du projecteur. Faut se dire que quand on à le projecteur dans la gueule, on ne voit plus Jean-Louis, ça devrait motiver non ?

    -Stéphane Hayat fini la partie « on fait des tours devant un public exigent » en présentant une prédiction face en l’air pendant que Jean-Louis mélange les cartes. Il en retourne une au hasard : c’est la bonne. Une présentation efficace d’ »Open Prédiction » de Boris Wild. Un effet fort, même s’il commence à être très redondant.

    Et la soirée de passer sur l’atelier des « Épingles de Bloom ». Un excellent moment de convivialité.

    Joyeux Noël et Bonne Année.
    Clément.





    Commentaires

    Seuls les membres enregistrés peuvent lire
    et laisser des commentaires.

    S'IDENTIFIER...