Prochains évènements

Vendredi 17 Novembre
   Réunion Novembre
Vendredi 15 Décembre
   Réunion Décembre
Vendredi 19 Janvier
   Réunion Janvier
Vendredi 16 Février
   Réunion Février
Voir la liste complète



Compte-rendu de la réunion du 16 septembre 2017
CR par clément, photos par Ludo


Compte-rendu du 22/09/17
C’est la rentrée, et Emmanuel nous présente ce qu’il y a de nouveau sous le soleil :
- Il est d’abord question du conseil d’administration, et de son rôle, pour ne pas dire « utilité » dans une association d’une telle taille. Après quelques arguments donnés avec diplomatie, la logique vient à également réduire le bureau qui passe de 5 personnes à 3 personnes. Les élections donnent donc quelques changements sans modifier son identité propre :
-Emmanuel Lainé, Président
-Ludovic Julliot, Trésorier
-Jean-Louis Dupuydauby, Secrétaire
-Cette année s’annonce de façon positive, puisqu’après une année à renflouer les caisses de l’amicale : nous avons de quoi organiser quelques conférences et un stage digne de ce nom.
-Cependant, pour soutenir cet effort pour l’amicale, d’autres animations sont prévues. Notamment le week-end du 7/8 octobre avec le forum des associations et un close-up/scène lors d’un « repas des anciens » où il est toujours formateur de rassembler des magiciens plus ou moins expérimenté.
Place à la magie :
-« Jean-Samuel » nous présente une bague s’étendant dans un effet d’optique tout à fait magique et incongru. Après cette mise en bouche, il s’assoit pour passer aux cartes qu’il divise en petits paquets. Le spectateur en choisi un pour isoler une carte qu’il perd après l’avoir mémorisé, dans l’ensemble des cartes. Un certain nombre des cartes (nombre choisi par le spectateur) est compté et la dernière carte est retourné par rapport au reste des cartes : c’est celle qui fut choisi par le spectateur. Un effet personnel du magicien adapté d’idées de Da Ortiz et de Vallarino. C’est clairement un effet fort pour les magiciens reposant sur une bonne maîtrise technique associée à une culture magique solide. L’ensemble est très impactant.
-Jean enchaîne avec son dynamisme habituel à travers le docteur Garbouille de la maison gravouille. Son laboratoire, lieu de toutes les immoralités, l’aide dans sa quête ultime : greffer une main dans le dos pour facilité le grattage des démangeaisons.
Cette main coupée, douée de vie, même après son ablation totale, n’a pas permis au professeur d’arriver à ses fins. Aussi, il se concentre sur une autre de ses inventions : La désintégration nanobienne des ondes porteuse mnésiques. Pour cette expérience, Sandrine se coiffe d’un saladier pour choisir une carte, au risque de se faire amputer, la mémorise. La parabole et le saladier désintègrent la carte qui disparaît complètement du paquet. Moralité : prenez des cachets pour la gorge.
-Yassine nous présente un historique rapide du ACAN (Any Card at Any Number) qui se repose sur quelques règles :
-Un jeu visible dès le début.
-Le magicien ne touche pas les cartes.
-Le spectateur décide librement de la carte et du nombre.
-Le spectateur compte lui-même les cartes.
-Le jeu est complètement mélangé au début du tour.
Jean-Louis mélange clairement l’ensemble des cartes et suit les instructions de Yassine, Emmanuel participe également au comptage. C’est un CAN PARFAIT ! S’est-on tous fait avoir par un truc ignoble ? C’est possible. Personnellement, je ne m’en remets pas.
-Emmanuel enchaîne avec sa routine de gobelets qu’il a fait rouler à Blois cet été. Une routine qui part d’un seul gobelet et une balle, puis une deuxième. Celles-ci voyagent d’une manière très fluide, avec pas mal d’effets comme des traversées de matière. Une maîtrise excellente qui laisse le temps de bonnes interactions avec le public. Les explications sont extrêmement claires et donnent vraiment envie de se remettre aux gobelets.
-Jean-Claude : une routine de balle mousse en musique avec trois balles (2 jaunes et une rouge) ainsi qu’un spectateur. La jaune de téléporte tout le temps. On se fait bluffer grâce à une très bonne technique qui mériterait une gestion des temps différent pour faciliter la compréhension des effets. Très bien !
-Ludovic aborde le thème de l’imaginaire en faisant apparaître des pièces américaine une à une grâce à la lumière. Pourtant, en une fraction de secondes, elles deviennent des pièces chinoises. Puis chacune des pièces disparaît une à une : c’est propre et bluffant. Un tour créé par Johnny Wong qui mérite que l’on y travaille tant c’est indémontable. La présentation de Ludovic fait vivre cet instant comme une parenthèse de rêve.
-Jean-Louis apporte quelques enveloppes que Yassine coupe en deux. Celui-ci les regroupe par paires au hasard. Pourtant, en ouvrant les enveloppes, les paires correspondent toutes. Cet effet est simple et efficace, l’occasion pour Jean-Louis de développer ses chevaux de bataille :
-La lecture est l’occasion d’avoir de la culture magique, stimulant la créativité. Il faut donc lire !
-Les principes de cartes peuvent et doivent être réutilisé avec d’autres supports pour se créer un monde personnel. Les cartes sont des objets usuels, les autres, ce sont les vôtres.
-Patrick utilise un jeu de carte emprunté pour mettre en scène sa « bataille des couleurs ». Après une prédiction posée sur le côté, il met en place une bataille où le spectateur gagne s’il obtient deux cartes de même couleur, et le magicien de l’autre couleur. Les cartes sont sorties deux à deux et chaque paquet est compté à la fin : comme le prédisait le papier, le magicien gagne à deux cartes près. Une deuxième manche se profile : cette fois, il y égalité. Un principe mathématique très fort qui marche à tout les coups, et on ne sait pas pourquoi !
-Romain enchaîne à table avec une lecture de l’espace où il retrouve un objet choisi par le spectateur. Cet objet est soit une fourchette, un couteau ou une cuillère. Après avoir choisi son objet et suivi quelques indications mélangeant les couverts, le spectateur voit le magicien deviner l’objet de son choix. Ca change des effets habituel, c’est impromptu mais ça sent un peu trop les maths.
-Clément termine la soirée en présentant un livret intitulé « les douleurs de l’accouchement, parlons-en ». Là, ça m’embête parque que la personne qui a pris les notes était trop subjugué par le magicien pour noter quoi que ce soit, et je ne connais pas trop le tour de Clément. Bref, un mot est choisi par un premier spectateur, un autre mot par un deuxième. Le magicien devine le mot du premier spectateur, et dans l’élan de l’expérience, c’est ce même spectateur qui retrouve le mot du second (à une lettre près). Un effet prometteur qui repose beaucoup sur la qualité de la présentation. Un écueil : l’utilisation d’un double sens difficile à manier. Cet effet développé par Julien David dans son livre « Tandem » mérite que l’on s’y arrête, mais surtout qu’on le bosse sérieusement et en condition !





Commentaires

Seuls les membres enregistrés peuvent lire
et laisser des commentaires.

S'IDENTIFIER...